Geekeries·Le Four'tou

Zoom sur le grand écran #1

Bonjoouuuur !

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler de cinéma, de vous livrer mes dernières impressions et partager avec vous mon humble avis et ressenti sur mes derniers visionnages, récents ou non. 🙂


Room

J’ai vu ce film à l’occasion du printemps du cinéma, avec deux amis et mon dieu ce que c’était fort ! On est ressorti de la salle mal à l’aise, déprimés, ayant seulement envie de se poser devant une bière pour un retour à la vie « normal » tout en douceur.

c282e3bd64cdc27a8870b77022080609Ce film est une merveille, il est excellent de par sa simplicité naturelle. Il aurait pu en faire des caisses, être un tire-larme, où montrer tellement plus d’horreur. Mais non, il est d’une justesse touchante et c’est ce qui m’a fait plonger dans le film du début à la fin.

Jack, petit garçon qui fête ses 5 ans au moment ou on les rejoins dans leur univers quotidien, est une force surprenante de la nature. Ce gamin porte le film à lui seul et n’est pas un cliché ambulant. Il est criant de vérité, parfois capricieux et colérique mais pour de bonnes causes, avec tellement d’autres qualité et une clairvoyance d’esprit de fou.

Ce long-métrage est un très beau récit, que malheureusement trop de femmes vivent, ont vécu et vivront, en se concentrant sur la force de l’espoir ! Je ne dis pas qu’il suffit d’y croire pour que tout soit possible, loin de là, mais l’espoir est porteur de vie et de courage.

C’est l’histoire d’un petit garçon qui découvre la vie et le monde en dehors de la cabane dans laquelle il a passé ses cinq premières années, et c’est terriblement beau.


Danish Girl

Voici un autre film, un autre genre, une autre histoire qui m’a tout autant bouleversé. Danish Girl, c’est l’histoire d’un homme qui se découvre femme et qui va avoir la possibilité d’explorer et de faire naître sa part de féminité aux yeux de tous. Qui va lutter pour devenir la femme qu’il est.4b3c9dd3c022c3b2cd84c8e5d43e3148

Le film traite le sujet d’une note juste. L’histoire se passe dans les années 20 et mêle la passion des arts, où la peinture trouve une place importante, étant la principale occupation du couple, en plus de faire naître Lili,  et ce sujet de l’identité personnelle et propre à chacun. Dire que c’est un beau film serait un peu simplet, mais ce film est très beau, la photographie m’a laissé rêveuse plus d’une fois, c’est doux, c’est propre et juste.

Quant au jeu des acteurs, le couple principal fonctionne très bien, mais celui qui fascine à travers la caméra est bien évidemment Eddie Redmayne, qui endosse son rôle avec justesse, naturel et simplicité. Si bien que je ne l’ai même pas reconnu alors que c’est lui qui a interprété brillamment le rôle de Steven Hawking dans The Theory of Everything (Une merveilleuse histoire du temps). Un acteur à surveiller, oh oui ! Ah.. On me souffle dans l’oreillette qu’il jouera prochainement un certain sorcier au rôle titre dans la futur adaptation de Fantastic Beast… Raison de plus pour aller le voir ! J’espère qu’il aura la possibilité de laisser libre part à son talent de fou.


Whiplash

Je me suis laissé prendre par l’histoire, au point d’en prendre une gifle. Tout est bon dans ce long-métrage, (à la base, un court métrage d’une vingtaine de minutes que vous retrouverez facilement sur le web) et réalisé avec brio.a3f189814e4ec87c27cbe7cd35403f2f

L’histoire, assez simple, et même vu et re-vu, d’un prof tyrannique et de son élève prometteur, qu’il poussera à bout. Laissons donc l’originalité de côté pour laisser place à l’interprétation, et c’est brillant ! J’ai découvert un grand acteur de plus que je serais ravie de découvrir dans d’autres œuvres, en la personne de J.K. Simmons, qui interprète le prof de musique / chef d’orchestre aux méthodes ps très orthodoxes ni pédagogiques, mais tout de même efficaces.

La musique, les décors, la lumière, la photographie, chaque scène est étudié et belle, le rythme est incroyable, tout est pensé à la manière d’une partition, ça se ressent et ça en est incroyable car tout de même subtil. Et puis ce final… Chapeau les artistes, j’ai applaudi de mon lit !


Big Eyes

Ahlala, Tim Burton. J’ai découvert son univers assez tard, mais ça ne m’empêche pas de l’aduler. J’aime ses œuvres, sa patte, ses délires, bref, je suis fan. J’attendais donc ce Big Eyes en espérant retrouver toutes ces petites choses qui font qu’on sait qu’on regarde un de ses films. Et puis, la présence de Christoph Waltz me rendait pas mal jouasse 🙂

d64a0f67ec5e2a6ff1527e364394e273Et… Ce n’est pas que j’en suis ressortie déçue. Non, pas de la déception. Mais pas du Burton. Pas pour moi. Alors oui, c’est très beau et j’adore les sujets touchant de près ou de loin à la peinture. Et heureusement que Christoph cabotine pas mal, il est là, il joue son rôle à la perfection, passant du charmeur ou fou furieux, mais… ça n’a pas pris. C’est trop lisse, trop simple, trop facile. Avec un thème pareil il y avait matière à faire autrement et plus en profondeur, surtout au niveau des personnages.

J’ai donc aimé mais je ne me suis pas faite happé par le film. Un peu comme avec Alice, c’est dommage. Je continuerais à mater ses films, avec un petit espoir de retour à l’ère d’Edward !


Iron Man (1,2,3)

Vous savez quoi ? J’suis déjà une vielle conne. Parce que je décrète qu’un film n’est pas fait pour moi, que je n’aime pas tel genre, tel acteur ou tel que sais-je encore, je peux refuser de le voir pendant très longtemps. Voir à tout jamais.

Et allez savoir pourquoi, les super-héros ne m’ont jamais attirée. Avant. Avant Batman, avant Spidey, et avant Iron Man, du coup. Parce que bon.. QUELLE CLAQUE !

Je me suis fait la trilogie ces deux derniers jours et ômondieu comme ça défonce ! C’est simplement génialissime, beau, intelligent, et drôle. Robert Downey Jr. prends une place de plus en plus importante dans ma fanbase (je sais, j’trouvais plus le bon terme) et c’est fou le nombre de fois où j’ai pensé qu’il y avait vraiment une ressemblance de fou avec notre Astier national. cf1e3b07cfc8cc6c959e90ccce7d7d44

Et puis qu’est ce qu’il est bon ! Tony Stark m’a vendu du rêve, alors que j’aurais pu le détester, vu son arrogance, son énorme melon et son assurance à toute épreuve. Mais comment résister à son sourire, ses vannes, son humour et son incroyable génie ?

Sans épiloguer, je dirais que le 1 m’a conquise, le 2 était cool mais il manquait quelque chose et le 3 rattrape le niveau du précédent, sans pour autant parvenir à être tout aussi cool ! Voila, un nouvel objet dans ma collection de culte à adorer, et une filmographie à rattraper de plus ! :D.


N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez et à venir parler des films avec moi ! Je ne vous ai pas parlé de tout ceux que j’avais en tête, l’article en serait trop long, je reviendrais donc avec un second opus ^^.

En attendant,

Take Care.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Zoom sur le grand écran #1 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s